Haut de page

Logo préfècture région

 Envoyer à un ami  Imprimer la page (ouverture nouvelle fenêtre)  Augmenter la taille du texte  Réduire la taille du texte
L’eau

Contenu

 

Système hydraulique des canaux

Le canal du Midi et le canal de Garonne sont alimentés en eau par deux systèmes hydrauliques différents.

Consulter le schéma d’alimentation >>>
du réseau du canal du Midi
et du canal de Garonne
jpg - 356.2 ko
Cliquez sur l’image
pour l’agrandir
 
 

Le réseau d’alimentation du canal du Midi

partager sur facebook partager sur twitter
publié le 10 avril 2008 (modifié le 9 juin 2010)

Le canal du Midi est alimenté par le réseau des sources du canal du Midi en Montagne Noire, complété de prises d’eau dans les fleuves et rivières de l’Aude, de l’Orb, d’Hérault, du Fresquel,...

Les sources du canal du Midi en Montagne Noire



Le système hydraulique de la Montagne Noire a été imaginé et réalisé par Pierre-Paul Riquet, dans la seconde moitié du XVII° siècle, sous la tutelle de Colbert et pendant le règne de louis XIV, dans le cadre de son grand projet de relier l’Atlantique à la Méditerranée par un canal de navigation.

Ce système alimentaire est simple... d’ingéniosité. Il est composé de la rigole de la Montagne qui alimente le barrage réservoir de Saint-Ferréol, et la rigole de la Plaine qui amènent les eaux au Seuil de Naurouze, point culminant du canal du Midi (194 m NGF). De là, par le bief de partage, elles s’écoulent à l’ouest, vers Toulouse, et à l’est vers Sète, porte de la Méditerranée.

En 1787, le barrage du Lampy est construit pour alimenter les canaux de jonction et de La Robine, nouvellement ouverts.

Plus proche de nous, d’autres ouvrages réservoirs seront construits : le barrage des Cammazes (1956), le barrage de l’Estrade, appelé de "La Ganguise" (1992), puis par le barrage de La Galaube en 2001. VNF dispose de droits d’eau (volumes d’eau) pour compléter l’alimentation du canal du Midi.

Le réseau de la Montagne Noire alimente en eau la section du canal du Midi entre Toulouse (Ponts-Jumeaux) et Carcassonne (écluse de Villedubert), soit sur une distance de 109 km (52km pour chacun des versants et 5 km du bief de partage). La capacité totale des biefs est de 3,65 Mm3.

La rigole de la Montage et les barrages réservoirs.

Depuis son point d’origine, à la prise d’eau d’Alzeau, la rigole de la Montagne récupère les eaux des rivières du versant méditerranéen, l’Alzeau, la Bernassonne, le Lampy et le Rieutort, pour les transiter jusqu’à Saint-Ferréol. La longueur de la rigole est de 25km pour une largeur moyenne de 2m.

  • La prise d’eau d’Alzeau : située à l’aval du barrage de la Galaube (8,050 Mm3) mis en service en 2001, elle sécurise notamment l’approvisonnement en eau potable du barrage des Cammazes (Revel jusqu’à l’est toulousain).
  • Le barrage du Lampy : construit en 1783, il est alimenté par le Lampy supérieur. Sa capacité de stockage est de 1,672 Mm3.

En 1687, afin de répondre à la demande croissante de besoins en eau pour la navigation, une rigole permet de relier les deux versants et conduire une partie des eaux du Lampy vers le bassin de Saint-Ferréol. Sur son chemin, cette rigole traverse la montagne par la magnifique voûte de Vauban, appelée "Percée des Cammazes".

  • Le barrage de Saint-Ferréol : construit par Riquet entre 1667 et 1672, puis rehaussé par Vauban en 1689, sa capacité est de 6,375 Mm3. Il est situé sur trois communes, Revel (Haute-Garonne), Sorèze (Tarn) et Les Brunels (Aude). Le barrage de Saint-Ferréol est alimenté par le Haut-Laudot et la rigole de la Montagne.
  • Le barrage des Cammazes : réalisé entre 1956 et 1959 par l’Institution Interdépartementale d’Aménagement Hydraulique de la Montagne Noire, sa capacité de stockage est de 20 Mm3. Il est alimenté par le Sor et par la rigole au déversoir du Conquet. VNF dispose par décret de droits d’eau dans le barrage des Cammazes pour l’alimentation du canal du Midi. Sa vocation principale est d’assurer une réserve d’eau pour la consommation des populations et l’irrigation des cultures.

La rigole de la Plaine
Elle commence à Pont-Crouzet et draine les eaux du Sor, puis du Laudot pour les amener jusqu’à Naurouze. La logueur totale de la rigole de la Plaine est de 38,120 km, pour une largeur moyenne de 2m.

Le barrage de la Ganguise

Mis en service en 1981, il est géré par le Groupe BRL Groupe Bas-Rhône Languedoc. Sa capacité initiale est de 22,2 Mm3. Il a été rehaussé en 2005 pour porter sa capacité à 42 Mm3. Une conduite forcée conduit les eaux vers le Seuil de Naurouze. Cette retenue est aujourd’hui alimentée en majeure partie par un transfert depuis le barrage de Montbel, via l’adducteur Hers-Lauragais. L’usage de l’eau sur cet ouvrage est destiné à l’irrigation des terres agricoles.

L’alimentation du canal du Midi en aval de Carcassonne


Le canal du Midi, dans sa partie Est (versant méditerranéen) est alimenté par des prises d’eau dans les fleuves ou en rivière, venant compléter le système des sources du canal en Montagne Noire.

4 prises d’eau en rivière :

  • Lachaux sur le Fresquel à Villemoustoussou
  • Villedubert sur l’Aude, à Villedubert
  • l’Orbiel sur la rivière Orbiel à Trèbes
  • Cesse, sur la rivière Cesse à Mirepeisset

Ces 4 prises d’eau permettent d’alimenter le canal jusqu’à Béziers (99 km) en y ajoutant le canal de jonction (5 km). La capacité des biefs est de 3,3 Mm3, pour cette partie du canal du Midi et 0,165 Mm3 pour le canal de jonction.

  • La prise d’eau du barrage du Pont-Rouge à Béziers Située en rive gauche de l’Orb, elle assure le complément d’alimentation du canal à partir de Béziers.
  • La prise d’eau d’Agde à l’écluse de Prades Située en rive gauche du fleuve Hérault, elle donne de l’eau pour la partie terminale du canal jusqu’à l’Etang de Thau.
  • La prise deau de Moussoulens Située en rive droite de l’Aude, elle alimente le canal de La Robine.

Le réseau d’alimentation du canal de Garonne

partager sur facebook partager sur twitter
publié le 5 septembre 2008 (modifié le 20 janvier 2009)

Le canal de Garonne prolonge le canal du Midi à partir des Ponts-Jumeaux à Toulouse. Il se termine dans la Garonne, à Castets-en-Dorthe (Gironde), après un parcours de 193 km et 53 écluses.

L’eau transite de la Garonne vers les Ponts-Jumeaux par le canal de Brienne (XVIII° siècle), dans la traversée de Toulouse.

Le canal de Garonne ainsi que le canal de Montech à Montauban sont alimentés par le fleuve Garonne. Ce système d’alimentation est beaucoup plus simple que celui du canal du Midi.

L’alimentation se fait à partir de trois points :

- la prise d’eau de Saint-Pierre à Toulouse
Elle apporte l’essentiel des volumes d’eau nécessaires aux usages. Le débit moyen est de 6m3/seconde (Débit autorisé : 7,4 m3/s).

- La prise d’eau de Pommevic (Tarn-et-Garonne)
Elle complète les besoins à l’aval de Moissac. Le débit autorisé est de 1 m3/seconde.

- La prise d’eau de Brax (Lot-et-Garonne). Destinée à sécuriser la fourniture d’eau en cas de rupture d’alimentation. Son débit autorisé est de 3.1 m3/seconde.

Le canal de Garonne, bras secondaire de la Garonne ?

Parce que construit parallèlement au fleuve et que l’eau prise à Toulouse rejoint la Garonne à Castets-en-Dorthe, le canal de Garonne peut être considéré comme un "bras secondaire" de la Garonne.

La navigation ne constitue pas l’usage principal du canal de Garonne. L’eau sert d’abord à irriguer les terres agricoles, particulièrement riches en productions fruitières et maraîchères. Le "fil de l’eau" est également utilisé pour la production d’électricité au travers de microcentrales aménagées en bordure de certaines écluses.

L’exploitation du canal consiste donc à assurer une gestion rigoureuse de la ressource tout en permettant de garantir ces différents usages de l’eau.

 
 

Pied de page

Site mis à jour le 9 mars 2017
Plan du siteInfos éditeurConnexion | Authentification | Flux RSS