Logo préfècture région
 

Présentation des fonds

 
 

Les différents fonds des archives des canaux du Midi

partager sur facebook partager sur twitter
publié le 12 juin 2008 (modifié le 14 novembre 2017)

Les archives historiques des canaux du Midi résultent d’une agglomération de divers fonds issus de l’activité de plusieurs services en charge la gestion d’une partie ou de la totalité du réseau fluvial du Sud Ouest.

Elles se scindent en deux grands sous-ensembles :
A - Les archives anciennes qui se composent de tous les documents produits avant 1898. On distingue avant cette date, les archives concernant le canal du Midi et ses embranchements mineurs, de celles du canal de Garonne ;
B - Les archives contemporaines produites après 1898, issues de la gestion des canaux du Midi.


A - Les archives anciennes des canaux du Midi (1598-1898) :

I - Les archives anciennes du canal du Midi et ses embranchements mineurs (1598-1898)

Au cœur du réseau, le canal du Midi en est l’élément le plus ancien. Conçu et construit au 17ème siècle, il fut d’abord administré par les descendants de Pierre Paul Riquet. Après 1789, sans rompre totalement le mode de gestion antérieur, l’administration établie par la République rattacha au canal du Midi les embranchements du canal de Jonction et de la Robine de Narbonne, ainsi que le canal de Brienne (Toulouse). Le décret du 10 mars 1810 instituant la Compagnie du canal du Midi entérina cette organisation. La propriété de ce réseau fluvial resta jusqu’au 1er juillet 1898 entre les mains de la Compagnie du canal du Midi. Elle géra en direct son réseau de 1810 à 1858. Puis, de 1858 à 1898, elle l’afferma au profit de la Compagnie des chemins de fer du Midi.

Du 17ème siècle à 1858, une continuité de gestion s’exprime clairement dans le classement des archives. La période de la gestion de la compagnie des chemins de fer du Midi marque alors une rupture.
L’articulation de ce fonds se subdivise en plusieurs sous-fonds :

  • Le sous-fonds thématique (1598-1898) : constitué de 906 liasses de documents classés par grandes thématiques liées à la construction et à la gestion courante du réseau. Le lecteur y trouvera des pièces écrites et iconographiques mêlées. L’inventaire exceptionnel de cet ensemble est disponible sur ce site.
  • Le sous-fonds comptable : constitué d’une très grande quantités de boîtes, nous pouvons le scinder en plusieurs séries :
    • Série A : comptabilité de la construction du canal du midi et du port de Sète (1666-1684)
    • Série B : comptabilité de la gestion du canal du Midi et ses embranchements (1684-1858)
    • Série C : comptabilité du service de la Navigation Accélérée (1834-1858)
    • Série D : Etat de projets et état de situation (1680-1858)
  • Le sous-fonds des cartes et des plans de bornage (1666-1820)
  • Le sous-fonds des registres de navigation (1785-1896) : y étaient essentiellement consignées des données météorologiques et des données sur la gestion de l’eau pour le fonctionnement du canal.

II - Les archives anciennes du canal latéral à la Garonne (1825-1898)
Le canal latéral à la Garonne est d’abord la prolongation "naturelle" du canal du Midi. Le chercheur se reportera utilement aux liasses 610, 611 et 612 du sous-fonds thématique du canal du Midi pour connaître la genèse du canal latéral.

En 1825, l’Etat créa un service spécial pour étudier la faisabilité du projet. Ce même service suivra directement la construction du canal avant d’en remettre la gestion à la Compagnie des chemins de fer du Midi et du canal latéral à la Garonne créée en 1852.

Le fonds ancien du canal latéral à la Garonne s’organise autour de 3 ensembles :

  • Le sous-fonds « études et construction » (1825-1856)
  • Le sous-fonds « Service du contrôle » (1852-1898)
  • Le sous-fonds des cartes composé de deux séries :
    • Les cartes du canal latéral à la Garonne
    • Les cartes de la Garonne

III - Les archives de la Compagnie des chemins de fer du Midi et du canal latéral à la Garonne (1852-1898) :

Créée en 1852, cette compagnie devait gérer l’exploitation du canal latéral dès les phases de construction achevées. En 1856, elle exploite les 193 kilomètres de ce réseau. Puis, en 1858, elle prend en fermage l’exploitation du canal du Midi pour 40 ans.
Cette administration a produit de nombreux documents qui constituent un fonds à part entière. Mais ces dossiers furent agglomérés soit aux archives anciennes du canal du Midi, soit au fonds contemporain où le chercheur pourra les repérer.


B - Les archives contemporaines des canaux du Midi (1898-1990) :


I - Le fonds du service des canaux (1898-1990) :

Au moment où s’acheva la période d’affermage du canal du Midi, l’Etat en pris le contrôle grâce à la loi de rachat de novembre 1897. En même temps, le canal latéral à la Garonne revint sous gestion directe de l’Etat. Le service des canaux du Midi fut créé pour gérer ce réseau pour le compte de l’Etat / du Ministère des Travaux Publics. Cette administration a produit de nombreux dossiers qui constituent le noyau du fonds contemporain. Un registre d’inventaire manuscrit permet de repérer les grandes thématiques. Les dossiers occupent 720 casiers, soit 144 ml.

II - Le fonds de l’Office National de la Navigation (1913-1990) :

En 1913, l’Etat créa l’Office National de la Navigation (ONN) pour dynamiser et organiser au mieux les activités fluviales. Une antenne fut installée à Toulouse avec son bureau d’affrètement. L’ONN a cessé d’exister en 1990 pour être transformé en Voies navigables de France (VNF). Les archives produites par ce service ont souvent été agglomérées aux archives du service des canaux du Midi et l’on retrouve des dossiers dans les 720 casiers cités plus hauts. Une autre partie de ce fonds est isolée, mais n’est pas encore inventoriée.

III - Le fonds du Consortium pour la Modernisation (1950-1990)

Créé dans les années 1950, cette association a milité pour la modernisation du réseau du Midi, afin qu’il puisse accueillir les péniches au gabarit Freycinet.
Le fonds d’archives de cette association a été remis aux archives des canaux du Midi après sa dissolution. Il n’est pas à ce jour inventorié.

IV - Les dernières productions

Sur une proposition de loi de 1990, Voies navigables de France fut créé en 1991. Cet établissement public à caractère industriel et commercial hérita des structures et du personnel de l’ONN dissout. Par ailleurs, l’Etat mit à disposition de VNF tous les moyens humains et matériels des Services de Navigation (anciennement Services des Canaux). Les archives produites depuis, enrichissent le fonds de VNF, établissement public sous tutelle du Ministère de la Transition Ecologique et Solidaire