Logo préfècture région

La faune et la flore du canal

publié le 2 novembre 2009

Les fleuves et canaux constituent un véritable « corridor biologique », un linéaire particulier qui a pris sa place dans les écosystèmes et les milieux traversés.


La faune

Les voies d’eau offrent un lieu de vie, un espace de nourriture et un abri naturel pour de nombreuses espèces. Mammifères et oiseaux constituent les principales variétés animales présentes sur la voie d’eau.

Hirondelles, bergeronnettes, lorios, hérons cendrés pour les oiseaux ; les ragondins croisent les canards colverts, poules d’eau et cygnes.

Toutes ces espèces vivent et se reproduisent dans ces milieux aquatiques. Attention à les respecter et ne pas les déranger.

Des études sont en cours sur le canal du Midi et canal de Garonne, en Midi-Pyrénées, pour mieux connaître la valeur écologique et la biodiversité du Canal (berges, populations de chauves-souris dans les arbres, flore, population piscicole).


Les poissons

Fleuves et canaux sont considérés comme « zones à brème ». Leurs eaux lentes et profondes, peu oxygénées accueillent de nombreuses espèces de poissons qui trouvent nourriture et abri dans la végétation aquatique.

La carpe, la brème, le gardon, la brème croisent les autres variétés, y compris celles de la catégorie des carnassiers prédateurs (brochet, sandre, perche et silure). D’autres espèces, moules ou écrevisses prospèrent également.

En rivière, les plus célèbres comme l’anguille, la lamproie, le saumon, l’esturgeon et bien évidemment l’alose font également partie du patrimoine gastronomique des vallées de la Garonne et de la Dordogne.


Arbres et fleurs

A la construction du canal, les « francs-bords » n’étaient pas plantés, hormis de boutures de saules pour consolider les berges.

Dès le XVIII° siècle, les gestionnaires du canal décidèrent de mettre ces espaces en culture. Le canal connaîtra plusieurs vagues de plantations : chênes, frênes, mûriers (culture du vers à soie) ainsi que diverses variétés de peupliers...

Le XIXe siècle voit l’avènement du platane, devenu aujourd’hui une « image emblématique » du canal du Midi notamment. La plus grande partie du patrimoine arboré est constitué de platanes.

Pour autant, d’autres essences ombragent la voie d’eau : chênes, frênes, peupliers sur la partie ouest, résineux coupe-vent comme le cyprès ou pins majestueux du canal de la Robine.

Ce patrimoine végétal constitue un véritable poumon, et maintient par endroit un véritable « micro-climat », sous ces voûtes séculaires.


Plus proches de l’eau, l’iris jaune, joncs et grandes salicaires accompagnent le fil de l’eau et créent un écrin naturel au canal. Les racines de ces plantes hélophytes renforcent la tenue des berges.

En rivière, des espèces plus sauvages trouvent un espace plus spacieux pour prospérer.