Logo préfècture région

L’eau, une ressource commune à préserver !

publié le 12 décembre 2008 (modifié le 17 décembre 2008)

Les mesures prises par VNF pour économiser l’eau.

Les périodes de sécheresses de 1989 et de 2003 ont conduit à engager une nécessaire concertation entre les différents utilisateurs de l’eau, pour mieux gérer la ressource et pour respecter les milieux lors des périodes d’étiage.

VNF a mis en place deux types de mesures qui sont venues compléter les programmes d’entretien et d’investissement sur le canal des deux mers :

1 - Actions de programmation des investissements

Deux études d’optimisation de la gestion de l’eau commandées pour le compte de VNF (2002 et 2007) ont fait apparaître un certain nombre de problématiques génériques, qui ont été reprises dans le cadre d’études spécifiques lancées par le service.

Il s’agit :

- d’une étude des sites les plus « consommateurs ».
Certaines écluses s’avèrent "plus consommatrices" d’eau que d’autres (caractéristiques géométriques particulières, anciennes écluses doubles transformées en simple, connections avec les rivières,...).

En conséquence, pour satisfaire la navigation au droit d’une "écluse consommatrice", il est nécessaire de transiter des quantités d’eau beaucoup plus importantes, que les besoins des écluses intermédiaires.

Des solutions adaptées à chacun des sites, ont été trouvées, permettant soit de diminuer les prélèvements dans les ruisseaux, soit, en période estivale, d’économiser les réserves situées en montagne Noire.

Des aménagements spécifiques sont envisagés sur certaines écluses pour remonter l’eau de l’aval vers l’amont des ouvrages afin de la réutiliser pour la navigation des bateaux (canal du Midi), ou des systèmes de gestion fine de la ressource permettant de n’utiliser que le strict volume nécessaire à la navigation (canal de jonction).

- d’une étude de modernisation des ouvrages.
VNF a souhaité l’élaboration d’un large catalogue de mesures de modernisation pour le canal des deux Mers afin d’étudier leurs faisabilité sur le plan fonctionnel, techniques et réglementaires.

Ces mesures s’appliquent sur cinq domaines :

1. l’automatisation de certains ouvrages (écluses, épanchoirs, prises d’eau, etc.) ;
2. la modernisation d’ouvrages particuliers ou complexes ;
3. la mise en place de systèmes de télégestion ;
4. la mise en place de dispositifs permettant d’optimiser la gestion de l’eau ;
5. la télégestion par Poste de Commande Centralisé (PCC).

Ces études sont prises en compte dans les programmations d’investissement.

2 - Consignes d’exploitation des ouvrages

La gestion économe de l’eau en période d’étiage est une préoccupation permanente des agents qui assurent l’alimentation du canal, le passage des bateaux ou la gestion hydraulique. Ces consignes d’exploitation sont rappelées et mises en œuvre en début de saison, et revêtent une importance particulière.

L’alimentation à partir des réserves de VNF :
Les réservoirs de la Montagne Noire qui assurent l’alimentation du canal du Midi sont les plus "sensibles" en cas de diminution de la ressource. L’application d’un protocole signé avec les gestionnaires des barrages, permet de maintenir l’alimentation du canal tout en réduisant au maximum le transit de l’eau en provenance des réserves.


- La qualité de l’eau :

En plus de la rigueur de la gestion de la ressource, la qualité de l’eau reste un souci majeur pour VNF.

- qui la contrôle ?
Les Directions régionales de l’Environnement DIREN, les Agences de l’eau, les départements, etc ...
Se renseigner directement auprès d’eux.

- qui assure la police de l’eau ?

Depuis 2005, des services uniques de police de l’eau ont été crées sous l’autorité du Préfet, dans chacun des sept départements traversés par le canal. Ces services dépendent des Directions départementales de l’Agriculture (DDA).

Plus d’informations sur la police de l’eau

- Qui assure la police de la navigation et du domaine ?
Le Service de la Navigation du Sud-Ouest, mis à disposition de VNF garde la compétence de police de la navigation et du domaine public fluvial