Envoyer à un ami  Imprimer  Augmenter la taille du texte  Réduire la taille du texte
Environnement et Patrimoine, Plantations

Le Projet de restauration des plantations du canal du Midi

partager sur facebook partager sur twitter
publié le 6 juillet 2017

La Commission supérieure des Sites, Perspective et Paysages a donné, le 27 septembre 2012, un avis favorable au ’’ Cahier de référence pour une approche patrimoniale et paysagère des plantations du canal du Midi ’’.

L’ambition de ce projet paysager partagé est de restaurer le parc linéaire exceptionnel qui borde les canaux du Midi, de jonction et de La Robine.

La liste d’essences sélectionnée en 2012 a été revue en 2015 pour satisfaire toutes les exigences paysagères et écologiques.


Le dossier :
Attention : le poids volumineux de certains fichiers peut entraîner un temps important de téléchargement.
-  diagnostic & projet plantation (version 2015) (format pdf - 20.9 Mo - 06/07/2017)
-  annexes du projet plantation (notamment historique) (format pdf - 12.4 Mo - 06/07/2017)

Le projet replantation (format pdf - 4.5 Mo - 28/02/2014)


Pour élaborer ce projet d’envergure, à la hauteur du temps et de la valeur de l’ouvrage, VNF s’est entouré d’équipes pluridisciplinaires réunissant des spécialistes, des scientifiques et d’experts dans les domaines patrimonial et historique, arboricole et paysager.
Répondant à des exigences patrimoniales et paysagères fortes, le projet est bâti sur des principes forts :

- choix de sujets de grande taille restituant, à terme, l’effet de colonnade et de voûte arborée
- respect de l’espacement des arbres tel qu’aujourd’hui (7 à 8 m)
- maintien ou restauration d’une symétrie sur les deux rives
- homogénéité des essences sur de grands tronçons
- alignements favorisés au maximum
- transparence préservée ou restituée sur les écluses.

Pour conserver son caractère unitaire au canal, limiter les risques de pandémie (essence unique) et créer des motifs paysagers cohérents avec la valeur des ouvrages, ce projet complexe s’articule autour :

- d’une essence ’’jalon’’, remplaçante du platane, plantée par grandes sections d’un bout à l’autre du linéaire et occupera 40 % de celui-ci. Le chêne chevelu a finalement été retenu.

- d’essences choisies parmi des espèces déjà éprouvées dans les régions traversées, de port adapté et de 20 à 30 m de hauteur, s’intercalant entre le secteurs occupés par l’essence « jalon ».

- de ’’ponctuations’’ aux écluses et ouvrages, structures arborées particulières inspirées de celles présentes aujourd’hui sur le canal.

- de projets paysagers spécifiques dans les zones urbaines où les interactions entre canal et espaces publics sont fortes.

Le montant de ce projet est évalué à 200 M€, hors maîtrise d’œuvre, selon la décomposition suivante :
- abattages : 68 M€
- plantation : 54 M€
- reprise de berges : 72 M€
- mesures de protection : 6 M€


En savoir plus