Envoyer à un ami  Imprimer  Augmenter la taille du texte  Réduire la taille du texte
Histoire et Archives

Le canal du Midi, une oeuvre royale

partager sur facebook partager sur twitter
publié le 11 septembre 2008 (modifié le 7 janvier 2009)

Le biterrois Pierre Paul RIQUET, fermier général des gabelles (impôt sur le sel) de la Province de Languedoc, était âgé de cinquante ans lorsqu’il décida, sur le conseil de Monseigneur de Bourlemont, archevêque de Toulouse et ami, d’écrire à Colbert, le ministre des bâtiments de Louis XIV, pour lui exposer son projet de creusement de l’actuel Canal du Midi.

La réalisation de ce projet fut rendu possible grâce au génie de Pierre Paul RIQUET. Personne jusqu’à lui n’avait trouvé de solution au problème crucial de son alimentation en eau. La difficulté principale venait du fait que le Canal Royal du Languedoc, comme il était appelé à l’époque, était un canal à bief de partage, c’est à dire qu’il franchit le seuil de partage des eaux des bassins hydrographiques de l’Océan Atlantique et de la Mer Méditerranée, situé à Naurouze à 189 mètres d’altitude.

RIQUET, aidé par Pierre Campmas, fontainier de Revel, eut l’idée de capter les eaux des ruisseaux de la Montagne Noire et de les conduire jusqu’à Naurouze par un système de rigoles et de bassins de provision. Après démonstration du système par le creusement d’une rigole d’expérimentation, les travaux commencèrent en 1667 et se terminèrent en 1681.

12 000 ouvriers ont été recrutés pour la réalisation de ce canal.

Pierre-Paul RIQUET meurt en 1680, six mois avant l’ouverture de la navigation. Le canal a été aménagé au cours du temps en partie par Vauban qui apporta certaines modernisations comme, par exemple, la construction du pont-canal de Cesse. Un siècle plus tard, il fut même greffé d’une dérivation qui prendra le nom d’embranchement de la Nouvelle. Elle est composée du Canal de la Robine et du Canal de Jonction et relie le Canal du Midi au niveau de Sallèles d’Aude à Port La Nouvelle.