Envoyer à un ami  Imprimer  Augmenter la taille du texte  Réduire la taille du texte
Histoire et Archives

Le canal de Garonne,

partager sur facebook partager sur twitter
publié le 11 septembre 2008 (modifié le 25 février 2009)

Le canal de Garonne, complément de l’oeuvre de RIQUET de Toulouse à Bordeaux.

L’exécution des canaux depuis les ports de Sète et de la Nouvelle jusqu’à Toulouse ne constituait qu’en partie sa pensée, qui était d’assurer une navigation régulière entre la Méditerranée et l’Océan. Les bateaux circulaient de Toulouse à Bordeaux par la Garonne ; mais le régime variable et dangereux de ce fleuve ne permettait pas aux barques du Canal de Midi d’y participer. Les marchandises devaient être transbordées sur les bateaux à fond de faible calaison ; quant aux marchandises venant de Bordeaux, elles ne remontaient à grands frais, qu’à certaines époques de l’année.

La nécessité de prolonger le Canal du Languedoc vers Bordeaux avait été signalée par Vauban, en 1686 ; mais ce prolongement ne fut pas exécuté. Divers projets furent élaborés au XVIIème siècle, puis en 1804, mais ils restèrent sans effet. Enfin, en 1830, un nouveau projet fut dressé par les soins et aux frais d’une Compagnie qui fut déclarée concessionnaire par une loi du 22 avril 1832 ; mais cet organisme ne put remplir les obligations contractées sur le plan financier. Le Gouvernement dut alors assurer lui-même le financement des travaux en affectant une allocation extraordinaire de 40 millions de francs. Les premiers travaux furent adjugés les 20 et 21 mai 1839, mais en 1844, les crédits étant épuisés, la demande de nouveaux crédits souleva devant les Chambres de vives discussions. La question fut posée de savoir s’il convenait de poursuivre la création d’un canal latéral à un fleuve qui allait se trouver en concurrence avec une voie ferrée établie dans la même vallée. On alla même jusqu’à proposer de combler la partie du canal déjà creusée ; et cette proposition ayant fait l’objet d’une enquête dans les départements intéressés, un grand nombre de communes s’y montrèrent favorables. Mieux inspirée que le public, l’Administration tint ferme et obtint finalement les crédits nécessaires pour mener les travaux à leur terme.

Une loi du 15 juillet 1852 autorisa la concession simultanée du chemin de fer de Bordeaux à Sète et du Canal Latéral à la Garonne. La concession fut accordée pour une durée de 99 ans par décret en 1852 à une compagnie dénommée “Compagnie des Chemins de fer du Midi et du Canal Latéral à la Garonne”.

Cet organisme, ayant mis à la suite d’une vive concurrence la Compagnie du Canal du Midi en difficulté, prit l’exploitation de ce canal en bail pour une durée de 40 ans par un contrat du 29 mai 1858. Cette situation anormale mettait aux mains de la Compagnie des Chemins de Fer du Midi la maîtrise absolue des transports dans le Languedoc. En conséquence, une politique volontaire d’élévation des tarifs fut instaurée dans le but de valoriser le transport ferroviaire. Ce décret fut très vivement critiqué.
A partir de 1898, le canal passa à nouveau sous le contrôle de l’Etat et le trafic sur les marchandises ne cessa de se développer.

Le Canal de Garonne a été ouvert à la navigation entre Toulouse, Montech et Montauban à la fin de 1844. Après quoi, il atteignit successivement Moissac en 1845, Agen en décembre 1849, La Baïse en 1852 et son terminus à Castets en Dorthe le 1er avril 1856.

Ces voies navigables sont aujourd’hui gérées par la Direction Interrégionale du Sud-Ouest de VNF.