Envoyer à un ami  Imprimer la page (ouverture nouvelle fenêtre)  Augmenter la taille du texte  Réduire la taille du texte
Naviguez
 

Entretien de la voie d’eau.

Arrêts de navigation, vidange de biefs,... et travaux de gros entretien. Ce sont les "chômages" de la voie d’eau.
 
 

Assurer la disponibilité de la voie d’eau

partager sur facebook partager sur twitter
publié le 3 décembre 2008 (modifié le 14 septembre 2017)

Au delà des chantiers d’entretien et de restauration des ouvrages, VNF assure l’entretien courant de la voie d’eau. Nettoyage, graissage des systèmes d’écluses, mise en peinture,... La plupart de ces missions sont effectuées par les éclusiers.

Les "chômages" du canal sont des périodes fixées pendant lesquelles la navigation est interrompue. VNF profite de ces moments pour effectuer les travaux d’entretien et de réparation des ouvrages qui ne peuvent être effectués au moment où le canal est en eau.

Pour plus d’informations : consultez les avis à la batellerie ou renseignez-vous auprès des subdivisions territoriales de VNF.

Les dates des chômages sur les voies navigables sont fixées par arrêté ministériel pour tout le réseau national. Bien sûr, ces périodes sont différentes selon les voies d’eau.

Le tableau national des chômages est disponible en téléchargement sur le site internet www.vnf.fr


L’entretien de la voie d’eau s’effectue également :

Sur le plan d’eau

en assurant la récupération des déchets flottants (feuilles d’arbres, bouteilles et sacs plastiques, objets divers,...). A Toulouse, un bateau spécialement aménagé pour cet usage et géré par la Ville de Toulouse, effectue des rondes dans la traversée de l’agglomération.

Sur les dérivations des écluses du canal de Garonne, des grilles retiennent les objets flottants qui, récupérés par les agents de VNF, évitent de polluer le canal.


Sous le plan d’eau


Les travaux d’entretien consistent à la remise en état du gabarit du canal. Ainsi, les volumes de terres effondrés des berges peuvent être évacués pour faciliter notamment l’accostage des bateaux. L’entretien, c’est aussi récupérer les objets jetés négligeamment dans le canal (appareils électroménager, moquette, canapés, véhicules, vélos, caddies, motocyclettes,...) qui peuvent géner la navigation et provoquer des avaries au bateau.

Soyons éco-responsables : le canal n’est pas un dépotoir ! La négligence de quelques uns peut détruire l’image du canal, anéantir les efforts de ceux qui l’entretiennent et l’utilisent et faire prendre des risques à ceux qui souhaitent profiter pleinement de l’environnement de la voie d’eau. Pensons-y !

Dans le fond du canal

Pour maintenir la sécurité et les conditions normales de navigation, VNF met en oeuvre des programmes de dragages.

Les dragages du canal est effectué par les agents de VNF. Des engins spécialisés, bateaux munis de godets et porte-vase, permettent de retirer la vase et l’acheminer vers des zones de dépot. Matériel très particulier, "La Goulue", conduit par les agents de l’équipe de dragages est équipé d’une toupie rotative au bout d’un bras articulé. Une fois acheminée et stabilisée grâce à ses flotteurs, La Goulue aspire la vase pour la rejeter sur des zones aménagées en bordure de la voie d’eau. Epandue sur les zones agricoles, la vase du canal constitue un ferment qui enrichit la terre et favorise la culture.
La ’’Pescarena’’, vértable pelle mécanique flottante est récemment venue compléter le parc de matériels.