Envoyer à un ami  Imprimer  Augmenter la taille du texte  Réduire la taille du texte
Environnement et Patrimoine, Plantations

Entretenir les jeunes plantations... L’art du vivant !

partager sur facebook partager sur twitter
publié le 20 août 2018 (modifié le 8 mars 2019)

Des "bébés" bien élevés !
Une fois plantés, les jeunes arbres sont soigneusement entretenus, pour assurer "la relève" et former les voûtes arborées qui ombrageront demain les bords du canal : arrosages, tailles, maintien des protections (tuteurs, canisse autour des troncs contre le soleil ou le gibier, ...) mais également surveillance de l’apparition de maladies ou de dépérissements. Les entreprises œuvrent sans relâche pour garantir les meilleurs résultats possibles, sur la durée !

En cas de difficultés...
Tout jardinier l’a déjà expérimenté : la nature réserve de bonnes et parfois de moins bonnes surprises, et les plantations du canal ne font pas exception à la règle. Chaque année, certains jeunes arbres dépérissent ou manifestent des difficultés de reprise.
VNF analyse ces phénomènes et diligente si besoin des experts, afin de comprendre au mieux les causes de ces difficultés, ou d’identifier les pathogènes concernés et les traitements possibles, en cas de symptômes de maladie.
Expertises : pour comprendre et améliorer l'entretien Expertises : mieux comprendre pour améliorer les conditions de plantations et d’entretien

En effet, la plupart des essences d’arbres possèdent leur cortège d’agresseurs, plus ou moins virulents et plus ou moins présents dans les territoires du canal. Certains peuvent conduire à la mort des arbres ou à des défauts mécaniques tels qu’ils ne peuvent être maintenus.

D’autre part, la reprise de jeunes arbres est parfois compliquée, notamment par les conditions de milieu, notamment les vents forts et desséchants qui se rencontrent sur le versant méditerranéen du canal.

Le plan B
Quelles que soit les raisons des dépérissements, les arbres peuvent alors soit être remplacés, soit maintenus moyennant des actions correctives (arrosages supplémentaires, tailles particulières, destruction de parasites, ...). Sur certaines essences et afin de donner une dernière chance aux arbres, on pourra également prévoir le recépage c’est à dire une coupe au pied permettant parfois de favoriser une repousse plus vigoureuse, qui sera alors conduite comme nouveau sujet.

En cas de remplacements, ces opérations sont mises en œuvre à la bonne époque c’est à dire en automne-hiver.

Le cas du peuplier blanc
Le peuplier blanc est une essence qui a été sélectionnée pour sa robustesse, sa longévité, sa vitesse de croissance et sa beauté. Malheureusement aux abords du canal, pour des raisons encore mal expliquées, certaines pathologies en général peu problématiques ont pris une ampleur particulière. Des réflexions sont en cours pour trouver d’autres essences pouvant le remplacer. En attendant, les secteurs déjà replantés en peupliers blancs seront maintenus et finalisés, pour assurer l’homogénéité de l’ensemble et expérimenter davantage cette essence qui présente par ailleurs de nombreux avantages.